Expositions photographiques



La bande son tourne toujours

Vasil Tasevski

Exposition en cours de création – sortie octobre 2018 – (titre temporaire)



Suspension de vides

Perrine Cado

Une série photographique évolutive pour raconter la relation si particulière qui s’écrit entre la performance et l’architecture, au fil des espaces investis par Le Vide.

Perrine Cado fait des photographies dans le prolongement de sa pratique de la scénographie et de la création lumière. Elle photographie régulièrement Le Vide depuis l’essai 9. Dans certains lieux, elle est aussi l’assistante de Clément Bonnin pour la création des lumières in situ.

 

Cette série photographique révèle la place donnée aux lieux où se joue Le Vide qui deviennent le troisième personnage du spectacle.
A ce jour, figurent les Halles de Schaerbeek (Belgique), le Manège de Reims, le Théâtre du Nord (Lille), le Cirque-théâtre d’Elbeuf, le théâtre Monfort (Paris), Le Plus Petit Cirque du Monde (Bagneux).

Cette série est évolutive, elle se complète au cours des tournées. En 2017, elle se compose de neuf clichés.

TECHNIQUE

9 photographies 60cm x 90cm
Tirages en recto sur PVC 2mm M1, montées sur chassis noir au verso et équipées de 2 anneaux d’accroche
Formats paysage et portrait
Durée : en amont (l’exposition peut arriver avant le vide) et pendant toute l’exploitation
Public : tout public
Où : de préférence sur le lieu d’exploitation dans un espace destiné au public (bar, forum), et/ou dans un lieu partenaire du lieu d’exploitation
Modalités particulières :
la scénographie de l’exposition est repensée en fonction de chaque lieu, mais de préférence les photos sont installées en suspension dans un lieu de passage du public.

Durée du montage: 3 services de 4h / matériel et personnel demandé: lumières (F1 ou quartz, cablages), escabeau, petit matériel d’accroche, assistant technique.



Le saut dans le vide

Vasil Tasevski

Nous n’avons pas eu le droit d’utiliser la photo « Le Saut dans le Vide » de l’artiste Yves Klein. Nous avons donc décidé de faire notre saut dans le vide.

Cette célèbre image-manifeste, publiée dans une fausse édition du « Journal du Dimanche » tirée par Yves Klein le 27 novembre 1960, est intime à Fragan Gehlker depuis le début de la création du « Vide ». Avec le photographe Vasil Tasevski, nous décidons de détourner cette image et de reproduire la performance avec un des éléments centraux du Vide : son tapis de réception.

 

Sauf qu’il ne reste plus rien de la maison, du muret d’où sautait Yves Klein et de la rue au bitume irrégulier qui se terminait sur la voie ferrée, à Fontenay-aux-Roses (92). Notre projet de détournement commence donc par la recherche d’un nouveau lieu. Après de folles discussions et de nombreux arpentages, nous réalisons deux expériences, à l’Académie Fratellini (Saint-Denis – 93) et rue Desvaux, Paris 19e.

 

Les traces de ces différents scénarios constituent un élément de l’exposition au même titre que l’image finale réalisée.

 

Vasil Tasevski aborde la photographie animé par son expérience d’acrobate et de manipulateur d’objets. Avec Fragan Gehlker, son ami et complice, il réalise depuis quelques années des expériences photographiques et vidéos qui les font s’interroger sur l’expression du corps circassien à l’image.

 

TECHNIQUE

1 photographie 80cm x 120cm
Tirage en recto sur PVC 2mm M1, montée sur chassis noir au verso et équipée de 2 anneaux d’accroche
Format portrait
2 photographies 120cm x 80cm
Tirages sur papier photographique tendu sur chassis
Durée : pendant toute l’exploitation
Public : tout public
Où : sur le lieu d’exploitation dans un espace destiné au public (bar, forum)